Le Docteur Alain Berkovits

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le docteur Alain Berkovits se définit comme médecin urgentiste tropical spécialisé dans la greffe capillaire. Une jubilation certaine flotte sur ses lèvres et l’énonçant. L’homme n’aime pas parler de lui car il est vain, dit-il, de s’interroger sur ses motivations profondes sauf à passer quinze ans sur un divan. Fort de cette constatation, il gardera en guise de mantra dans sa poche velcro, cet adage d’ Un taxi pour Tobrouk « mieux vaut 1 con qui avance que 2 intellectuels assis ».

Doublé d’une curiosité dévorante et une d’une stature de garde du corps, il décide de s’envoler pour l’ Afrique où il passera plusieurs années acceptant des missions dans des pays dangereux, au Nigéria le French doctor mettra en place à la demande d’une super major pétrolière, une clinique pour pallier aux besoins médicaux des nombreux expatriés.

C’est en Angola qu’il sauvera in-extremis la peau d’un crocodile dundee local qu’une vipère heurtante a mordue au cours d’un prélèvement d’ADN.

Mais c’est dans le sud algérien, pendant les années noires de la guerre civile, qu’il sera confronté à la pire de ses missions. Il sera le premier sur les lieux d’une prise d’otages qui aura mal tournée, il devra récupérer les survivants et les défuser au plus vite. Cet épisode macabre l’afflige en profondeur. De retour à Paris et le temps d’un weekend de réflexion dans le luxe raffiné d’un palace, il se recentre sur lui. De cette prise de conscience, il décide de laisser derrière lui cette tranche de vie dont les dangers mettaient en péril sa vie. Son fils vient de naître , il devient son catalyseur, il rencontre son futur associé qui l’initie à la chirurgie capillaire.

Le fil de suture du médecin urgentiste est le même que le médecin greffeur. Seule la quantité utilisée change. Le docteur Alain Berkovits exerce à Nantes où ses patients ont toujours la possibilité d’exprimer leur reconnaissance.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »